Posté par le 24 Juin 2012 dans Réseaux sociaux, Slider | 0 commentaires

En 2012, les réseaux sociaux ont remplacé nos traditionnels journaux intimes. Il est rare de trouver un jeune qui ne soit pas inscrit sur Facebook. Les réseaux sociaux sont devenus incontournables …

Quelle adolescente n’a pas eu un journal intime afin de mettre par écrit ce qu’elle ne pouvait exprimer à haute voix ? Il nous suffisait ensuite de le refermer grâce au cadenas qui nous procurait le sentiment de renfermer nos confidences.

Aujourd’hui, plus question de papier et de crayon ! Prenez un ordinateur, une connexion internet et il vous suffit de vous créer un « profil » sur Facebook. Plus question de secrets, de confidentialité ! Vos amis virtuels peuvent désormais lire tout ce que vous acceptez de partager avec eux. Votre page est désormais votre journal intime ! C’est le nom récemment donné à votre profil Facebook. Vos amis peuvent désormais écrire sur votre journal !

La société qui nous entoure évolue, notre façon de faire suit le mouvement. Mais jusqu’à quand cela sera possible ?

Avant l’arrivée de Facebook, il était impossible pour votre employeur ou futur employeur de lire votre journal intime, vous seuls en possédiez la clef. En 2012, à la suite d’un entretien d’embauche, il n’est pas rare qu’un patron aille sur ce réseau social afin d’effectuer des recherches sur vous ! Les photos, les pseudos, tout est passé à la loupe.

Il existe certes des moyens de filtrer les informations que nous divulguons mais il existe également des moyens de passer outre.

Dernièrement, trois personnes d’une entreprise d’ingénierie ont été licencié pour dénigrement de leur hiérarchie sur Facebook.

Une femme a également été licenciée car, en arrêt de travail, des photos d’elle à une fête ont été publiées, ce qui n’a bien sûr, pas échapper à son patron …

La question que nous serions en droit de se poser est « A qui la faute ? » : aux employeurs qui « espionnent » leurs employés sur les réseaux sociaux ? Aux employés qui ne filtrent pas le contenu de leur message ? Ou à Facebook qui ne sécurise pas assez les publications de ses utilisateurs ?

Tout le monde a sa part de responsabilité dans les dérives de Facebook. Les employeurs utilisent les moyens mis à leur portée par notre société. Avant, ils leur étaient impossible de fouiller chez vous et d’ouvrir votre journal intime, aujourd’hui en deux clics le tour est joué ! De même que vous n’auriez pas été faire lire votre journal intime à votre patron, surtout si vous disiez du mal de lui !

Il existe des paramètres de confidentialité qui permettent de limiter les personnes pouvant lire ce que chacun poste sur son mur. Mais cela est-il suffisant ?

En attendant de trouver une réponse à cette question revenez au traditionnel journal intime, qui lui ne risque pas de tomber sous les yeux de votre employeur !