Posté par le 5 Juin 2015 dans Art, Culture | 0 commentaires

Le tatouage, est présent dans de nombreuses cultures et religions, et existe depuis des millénaires. Mais son interprétation change avec les siècles. En passant par les tatouages supposés thérapeutiques chez le premier homme des glaces découvert ou les momies égyptiennes tatouées de la tête aux pieds. Pourtant une question persiste, malgré un impact multiculturel sa signification a t’elle évoluée avec le temps ? Des tatouages polynésiens aux prisons russes, du tatouage traditionnel japonais au tatouage actuel, le tatouage n’est pas qu’esthétique, il est avant tout une démonstration d’un art encore difficile à déchiffrer : c’est un marqueur éthique et social.Selon les cultures et les religions, le tatouage aurait sa propre signification.   Japon : Irezumi (Tatouage) Pratique ancestrale, le tatouage japonais se réalise traditionnellement à l’aide d’un bâton de bambou au bout duquel, est implanté de multiples aiguilles de tailles différentes. Pratiqué à la main (tebori), il est réputé pour être long, fastidieux, et par conséquent très douloureux. Leurs tatouages forment sur le corps un «  costume » à même la peau en laissant vierge les mains, les pieds, le cou, et une bande centrale au milieu du torse. Le tatouage japonais fut, durant la période Edo, signe de criminalité. Il était généralement associé au célèbre gang des Yakusas (plus grande association de crime organisé du monde). Leurs corps recouvert de tatouages les distinguaient d’une population classique. Pourtant, c’est en cette période là que la célèbre technique de l’impression sur des blocs de bois vit le jour pour ensuite se développer et devenir une nouvelle façon de tatouer. De nombreuses histoires commencèrent alors à se raconter. Comme l’utilisation d’une encre unique « Nara », une encre dite magique de part son changement de couleurs bleu-vert sous la peau. Ces histoires apparurent lors des débuts du monde du tatouage ce qui apporta obligatoirement de nombreux touristes.   Pour préserver une bonne image, le Japon mit en place une interdiction formelle des tatouages. Toutes personnes tatouées représentaient la criminalité. Pourtant, malgré cette interdiction, c’est à ce moment là que le tatouage se démocratise et devient un art chez les japonais. Malgré une démocratisation qui permet maintenant aux japonais une plus grande liberté d’expression pour les tatouages, les japonais...

Lire la suite