Fenêtre sur cours

Menu de navigation

Les nouveaux Bovary

Les nouveaux Bovary

Posté par le 25 Mar 2013 dans Société, Style de vie | 0 commentaires

Les baby boomers, la génération Y,… On connaissait le goût des sociologues et des anthropologues pour conceptualiser le comportement des populations ayant à peu près le même âge ou ayant vécu à la même époque historique. La durée d’une génération humaine correspondant généralement à 20 ans (cycle de renouvellement d’une population adulte apte à se reproduire), alors il est temps d’accueillir la génération Z. Les Digital natives rêvent de changer le monde. Pacifiques mais pas passifs, ils ont le pouvoir de magnifier leurs vies et d’influencer le cours des choses. Comment ? Grâce à leurs outils le plus précieux : la technologie numérique. Pour preuve les événements du Printemps arabe en 2011. Les médias sociaux sont le moyen de se rebeller contre l’insatisfaction de la vraie vie. De ce constat, Georges Lewi, chercheur et spécialiste des mythologies modernes, en a tiré un nom, les « nouveaux Bovary » en référence au roman de Flaubert. Oui la génération Z possède une vision romantique du monde comme Emma, bourgeoise du XIXème siècle qui s’ennuyait à mourir et rêvait d’une autre vie. Les jeunes de 15 à 25 ans sont dans la résilience, ils prennent acte de la dure réalité de la société actuelle, et avancent pour ne pas vivre dans la dépression. Ils ont compris que l’avenir n’aller pas être rose mais ils savent qu’ils trouveront un autre mode de vie, en parallèle du système actuel. Cette génération se pense « autre », pas exceptionnel mais différente. Elle réclame de vivre des expériences. Bonnes ou mauvaises, l’important c’est de vivre. Vivre autrement, une illusion ? …Pas si sure, ils sont moteurs des nouvelle solidarité, sont militants, pensent global mais agissent en local et exigent plus de transparence dans les relations. Et ils voyagent, ils explorent d’autres horizons pour se construire un avenir. Curieux du monde, ils croient aux rencontres et aux hasards heureux. J’entends certains me dire que cette génération n’est pas si différente de la génération des années 60. Ah Woodstock ! Ces changements, cette ambiance, cette liberté, et cet engagement politique… là est la différence : La politique. Les jeunes de ces années pensaient que les évolutions se feraient...

Lire la suite

Le slim, le pantalon à succès !

Le slim, le pantalon à succès !

Posté par le 25 Mar 2013 dans Actualité, Campagnes de communication, Mode | 0 commentaires

Il y a encore quelques années, la mode était branchée « hip hop », pantalon taille basse. Actuellement, elle se donne à « l’esprit rock » d’où l’apparition du slim. Mais s’ait-on vraiment à quoi ressemble ce fameux pantalon ? Une coupe cintrée et près du corps. Il donne de l’allure. Son avantage c’est qu’il s’associe aussi bien avec une paire d’escarpins ou des baskets par exemple. La version la plus portée est celle en denim. A noter que le premier jean a été réalisé par Levi Strauss en 1855 en Californie et apparait en France dans les années 50. Le phénomène « slim » nous vient directement d’Europe du Nord. Cette coupe de pantalon a été lancé par la marque suédoise « Cheap Monday » en 2005. L’idée fulgurante de la marque : vendre des slims bon marché pour 50 euros. En France, Cheap Monday a vendu 5000 pantalons en 2005, 200 000 en 2006 et 450 000 en 2007. Le pionnier du slim a aussi sa clientèle masculine. Aujourd’hui, chaque marque possède sa propre gamme de slim comme les deux géants du jean : Levi’s et Diesel. La question que l’on peut se poser est pourquoi le slim ne se démode pas ? Tout simplement, car il fait beaucoup parler de lui grâce aux campagnes publicitaires de Miss Sixty ou encore de Diesel. Il est porté par de nombreuses stars telles que Kate Moss ou le groupe Franz Ferdinand (égérie de la marque Cheap Monday). Le slim se voit partout, aussi bien la rue, dans des magazines ou encore à la télévision. De plus, il se dit pratique et confortable. On « l’accessoirise » selon nos envies. Son succès est dû à ces différentes déclinaisons d’images, de couleurs et de prix bas. C’est ce que recherche le consommateur. Terminé le pantalon large, le slim a pris les devants sur lui ! Ce vêtement incontournable de la mode n’a pas fini de faire parler de lui mais sera-t-il détrôné un jour ? Pauline Valverdé Sources :  http://www.tendances-de-mode.com/2007/08/13/289-le-jean-slim ...

Lire la suite

TWITTER CONTRE FACEBOOK

TWITTER CONTRE FACEBOOK

Posté par le 25 Mar 2013 dans Actualité, Marketing, Médias, Technologie | 0 commentaires

Facebook est un réseau social d’ordre privé créé en février 2004. Aujourd’hui on compte environ un milliard d’utilisateurs dans le monde. Chaque personne inscrite dispose d’un profil, où elle peut y mettre des informations personnelles, elle peut également y laisser des photos, partager ses opinions, discuter avec d’autres personnes qui sont « amis » avec elle. Tout d’abord réservé aux étudiants, Facebook est vite devenu incontournable. Cependant, ce réseau a ses limites. En effet, des problèmes de confidentialité se font très vite ressentir. Facebook devient un moyen de recrutement pour les employeurs. Il devient rapidement « addictif » pour les étudiants, qui préfèrent passer leur temps sur le réseau social plutôt que de faire leurs devoirs. Pour certaines personnes il est considéré comme un site de rencontre permettant de faire de nouvelles connaissances. Il faut donc faire attention aux personnes que l’on accepte et vérifier qu’il s’agit bien de quelqu’un que nous connaissons. Twitter, quant à lui est un réseau social public créé en mars 2006. La publication sur Twitter peut donc être lue par tout le monde, plus vos messages sont « retwitté » plus les personnes vont vous suivre. En effet, il n’y a pas besoin d’être amis pour lire les publications des autres. Le phénomène Twitter s’est très vite répandu notamment lorsque des célébrités ont commencé à s’en servir. Ce réseau social nous permet donc de pouvoir suivre nos « stars » préférées n’importe quand. Bien utilisé, Twitter peut devenir plus enrichissant qu’un moteur de recherche. Les personnes mettant en ligne des articles concernant leurs passions, peut faciliter les recherches et permettre d’avoir des informations plus approfondies. Cependant, le réseau présente certains inconvénients. Il est plus difficile de l’utiliser, de nombreuses personnes le trouvent bien souvent trop compliqué. L’effet public peut parfois nuire à la vie privée des gens. Il faut également faire attention aux informations erronées divulguées par des personnes peu recommandables. Twitter devient avant tout le leader, car étant public, et vivant dans une société très médiatisée, la curiosité de la population est plus socillicitée. On y retrouve les actualités du monde entier, il nous faut juste un temps d’adaptation pour bien maîtriser le...

Lire la suite

Mickey et le public, un duo de choc !

Mickey et le public, un duo de choc !

Posté par le 25 Mar 2013 dans Actualité, Campagnes de communication, Marketing | 0 commentaires

En 1923, un homme donne naissance à l’entreprise Walt Disney. Son nom : Walter Elias Disney. Son but : créer un monde féérique et enchanteur pour l’enfance, les petits comme les grands. D’abord entreprise familiale, la société devient en quelques années une multinationale. Cinémas, parcs d’attractions, produits dérivés, la petite souris emblème de la société est partout. Dans un souci d’efficacité, la Walt Disney Company s’organise en quatre divisions. L’une d’entre elles, « la Disney Media Networks » est chargée de la gérance publicitaire depuis 1994. Pour se démarquer face à la concurrence, Disney Media Networks doit faire preuve d’imagination et d’inventivité. L’objectif : faire rêver le public. A chaque nouvelle campagne publicitaire, la société parvient à surprendre. En 2009, à l’occasion de la sortie DVD de Blanche-Neige et les sept nains, elle s’associe au numéro un mondial de la communication extérieure, JC Decaux. Ainsi, les parisiens ont pu voter d’une simple pression sur un bouton pour leurs nains préférés depuis sept Abribus interactifs. En 2010, l’un des derniers chefs d’œuvre de Disney sort au cinéma : La Princesse et la Grenouille, la firme fait alors de nouveau parler d’elle tout comme elle l’avait fait pour La petite sirène 2 et la Fée Clochette. Disney Media Networks organise un immense casting sur toute la France dans le but de trouver la voix de Charlotte, la meilleure amie de l’héroïne. Journaux, télévisions, radios, tous les medias sont entrainés dans la magie Disney pour découvrir la petite fille qui prêtera sa voix au personnage. Le 6 avril 2011, Disneyland Paris lance « Le Festival des Moments Magiques Disney ». Après avoir fait collaborer les hommes et les femmes de tous âges pour ses films, la firme leur propose à présent un nouveau projet pour promouvoir le parc. Le concept : avoir un spot publicitaire uniquement réalisé avec des instants magiques et réels. De vraies familles peuvent filmer le merveilleux moment où elles annoncent à leurs enfants : « On va à Disneyland ! ». Il en découle quelques semaines plus tard une publicité remplie d’émotions et d’une rare intensité. Que ce soit en appuyant sur un bouton, en prêtant sa voix...

Lire la suite