Posté par le 3 Sep 2014 dans Personnalités, Société | 0 commentaires

Ce sont les jeunes les plus réceptifs et sensibles aux émissions de téléréalité, ces programmes sont majoritairement regardés par des filles avec 86% contre 65% des garçons. Selon une étude menée en 2011, sur 21 000 élèves, 42% regardent régulièrement ce genre d’émission. D’ailleurs, celles-ci sont la plupart du temps diffusées en fin d’après-midi ou en début de soirée, l’heure où les jeunes rentrent de l’école. Pour les adolescents, la TV se trouve être la principale activité parmi un ensemble de pratiques culturelles, pour certains cela représente même une drogue. En général, ils regardent ces émissions pour se détendre et ne cherchent pas à s’instruire. Ils prétendent que la téléréalité serait leur « miroir », car les participants sont spontanés, ce sont des personnes comme eux, c’est un reflet de la vraie vie. Les adolescents sont en quête d’eux-mêmes et vont se « chercher » à travers les participants qui sont humains et banals, et parlent de choses concernant la vie des adolescents (amour, sexualité,…), contrairement aux super-héros auxquels il est impossible de s’identifier. La téléréalité met également en scène des situations universelles (flirt, dispute,…) permettant aux jeunes de ressentir les mêmes émotions que peuvent ressentir les candidats. Les émissions de téléréalité mettent en jeu tous les vices des nouvelles générations. Les jeunes s’identifient aux personnages de téléréalité et adopte la même façon de penser. Les ados sont face à un manque de repère dans la société « chacun pour soi » où les parents et l’école ont de moins en moins d’influence. Les candidats choisis pour participer à des émissions de téléréalité n’est pas du simple hasard, cela est très réfléchie pour toucher la plus large cible. C’est pour cela que les candidats sont incroyablement stéréotypés et représentent des profils existant dans la vie courante (la peste, le méchant, la rebelle, la bimbo, la fille sympa, l’homosexuel, le maghrébin ou de peau mate, le macho, le sensible, le fragile, celui fort de caractère,…). Chaque jeune peut donc s’identifier à un personnage (ou à une situation) dans lequel il va trouver des modèles de comportement. L’identification à beaucoup plus d’impact sur les téléspectateurs que  la violence et la pornographie. Ce type d’émission fait intervenir des personnes sans...

Lire la suite