Fenêtre sur cours

Menu de navigation

La liberté d’expression du journaliste.

La liberté d’expression du journaliste.

Posté par le 5 Juin 2015 dans Médias, Politique | 0 commentaires

Nous dépendons des médias ; le média qui est l’information ; l’information qui est récolté et retranscrite par le journaliste. Mais qui nous prouve que les sources sont sûres ? Est-ce que d’une part, ce qui est dit est vrai, et d’une autre part, que tout est dit ? Malgré la charte de la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes de 1971, n’y aurait-il pas de corruption « des nouvelles » dans les médias ? Une censure de l’information, ou bien même un abus de celle-ci ? Ma réponse est personne. Serions-nous victime de manipulation médiatique ? Pour vous en dire un peu plus, je suis dans une entreprise dans laquelle je gère une partie de la communication interne, et dans laquelle il m’arrive de jouer le rôle de « journaliste » en quelques sortes. Dernièrement, j’avais pour mission de rédiger un article pour le journal interne. Ayant pour sujet le rapprochement géographique de deux services de l’entreprise. J’avais donc pour but, selon moi, de renseigner les salariés du pourquoi et du comment. Après un long travail d’écriture, et après présentation de mon article à mes supérieurs hiérarchiques, la moitié de ma production a été mise à la poubelle. Pourquoi ? Trop d’informations. Même si celles-ci étaient vraies, elles auraient pu déplaire aux syndicalistes pour des raisons quelconques. De ce fait, il fallait les supprimer et  préférer laisser les salariés dans l’ignorance. Tant pis. J’étais frustrée. D’autant qu’il est indiqué dans la fameuse Déclaration que le journaliste se doit de « Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité » et de « Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ». Même si je ne suis pas journaliste, j’en avais le rôle. C’est à ce moment-là que je me suis intéressée d’un peu plus près à la liberté d’expression du journaliste. Mr Udo Ulfkott,  ancien rédacteur en chef d’un des plus grands journaux Allemand (Frankfurter Allgemeine Zeitung), a décidé de rendre public sa participation à cette manipulation médiatique. Il a révélé avoir été victime de la pression des services secrets tout au long de sa carrière. Ceux-ci lui donnant des ordres...

Lire la suite

Edward Snowden, une taupe au service de la société

Edward Snowden, une taupe au service de la société

Posté par le 14 Juil 2013 dans Politique, Société | 0 commentaires

Edward Snowden, 29 ans, travaillait depuis quatre ans à l’Agence nationale de sécurité (NSA) en tant qu’employé de divers sous-traitants, dont Dell ou Booz Allen Hamilton. Cet ancien technicien à la CIA, où il travaillait dans la sécurité des systèmes informatiques, a révélé lui-même être à l’origine des fuites sur le programme américain de surveillance des communications, peu après l’annonce de l’ouverture d’une enquête pour l’identifier. «Je n’ai aucune intention de me cacher parce que je sais que je n’ai rien fait de mal, a-t-il expliqué au Guardian. Mon unique objectif est d’informer les gens de ce qui est fait en leur nom et de ce qui est fait contre eux».   Frédéric et...

Lire la suite

Les gens bien élevés s’arrêtent au rouge

Les gens bien élevés s’arrêtent au rouge

Posté par le 12 Sep 2012 dans Évènements, Politique | 5 commentaires

Argentine : le premier bug des années 2000 Cinquième puissance mondiale en 1945, devenue pays des 4,924% à la fin des années 80, l’Argentine gronde. Elle n’a pas attendu les subprimes pour s’embourber dans la crise, multipliant les requêtes au FMI, à la banque mondiale, passant du libéralisme intégral (privatisations massives, état régalien) à l’état providence et inversement. Fin 2001, le Fonds Monétaire International met le feu aux poudres en refusant le versement d’une aide de 1,26 milliards de dollars. Pour faire survivre la monnaie nationale, il ne reste plus qu’une solution : geler les comptes bancaires des particuliers en limitant les retraits, interdire les transferts d’argent vers l’étranger. Aux classes populaires déjà solidaires dans leur dépression économique et sociale s’ajoutent les classes moyennes. Le pillage de magasins est un sport national, les manifestations deviennent mortelles. Le déficit public est abyssal, 5 présidents se succèdent en une année. Leur légitimité est unanimement remise en cause, et le slogan des anarchistes « Que se vayan todos » (en français « Qu’ils dégagent tous ! ») devient le mot d’ordre d’un peuple entier à l’encontre d’un Etat instable dans lequel il ne se reconnaît plus. Le 19 décembre 2001, le Président argentin déclare l’Etat de siège. Il sera progressivement éjecté par la constitution d’Assemblées Populaires, organes de gouvernement locaux et démocratiques, qui ne sont pas sans rappeler la Commune de Paris de 1871. L’ensemble de la population se réapproprie ses institutions, propulsant Nestor Kirchner au pouvoir, puis sa femme Cristina en 2007 et 2011. Héritiers idéologiques du Président Juan PERON, généralissime qui mit fin par les armes aux élans libéraux de l’Argentine d’après guerre, Cristina Kirchner applaudit cette légendaire « force d’un peuple » sur fond de drapeaux argentins enragés : la fin des faims passera avant la prospérité et l’ouverture internationale. Effet papy lion Trop c’est trop ! Papy a fait de la résistance, et il compte bien le rappeler ! « 93 ans, c’est un peu la toute dernière étape ». Ainsi débute le Indignez-vous ! de 2010 par Stéphane HESSEL, comme une excuse : pardonnez-moi ces lignes, je n’ai plus toute ma tête. A moins qu’il ne regrette le temps perdu dans les dîners de gala. Toujours est-il qu’un homme de cette qualité encourage...

Lire la suite

Comment les politiques utilisent-ils Internet en 2012 ?

Comment les politiques utilisent-ils Internet en 2012 ?

Posté par le 25 Juin 2012 dans Politique | 2 commentaires

Depuis sa création, Internet se développe. Son taux de pénétration dans les foyers s’approche, lentement mais sûrement, de celui de la télévision. Certains y voient un progrès pour la démocratie. Le Web oblige en effet les gouvernements à plus de transparence. Il propose un nouvel espace pour le débat public. Elle permet d’accéder sans se déplacer à toutes sortes de documents, ou encore de trouver des réponses à ses questions sans passer par un intermédiaire, notamment depuis l’avènement des réseaux sociaux, dans un rapport direct entre l’élu et le citoyen. Les campagnes électorales à l’occasion des élections présidentielles de 2012, tant Françaises qu’Américaines, ne dérogeront pas à la règle. Et nous avons vu de nouveaux procédés arriver. Fini les tracts, les affiches, les rencontres sur les marchés ou les meeting, bienvenue au « live-tweet », « aux app facebook militantes », les « call-conf » skype ou sur dailymotion ou encore les Facebook Timeline. Justement, l’équipe de campagne de Nicolas SARKOZY, en collaboration avec Facebook, travaillait depuis des mois à la sortie d’un journal, particulièrement bien rempli, sur la vie du Président – candidat (en oubliant toutefois quelques moments comme la visite de Kadhafi ou l’épisode du Fouquet’s). Les autres candidats ne sont pas en reste. François HOLLANDE a sorti un site communautaire pour la participation militante de ses soutiens « Tous Hollande », François Bayrou a présenté un site de campagne moderne et dynamique. Ce principe d’ «e-campagne » vient des Etats-Unis avec la plate-forme myBarackObama.com en 2008 qui dynamisait, sous forme de plate-forme sociale, le travail des militants, tractages, vidéos sur Youtube, les appels des militants aux citoyens pour convaincre. En 2012, Barack OBAMA innove encore avec une conférence en direct sur Google + avec 6 internautes à travers tout le pays. Les campagnes électorales fonctionnent aujourd’hui beaucoup sur la gestion du « buzz », les partages sur les réseaux sociaux.  Plus le message est partagé, plus il est convaincant, et plus il a de chance de faire gagner des électeurs, dépasser les limites d’un simple meeting ou d’un passage à la télévision. De plus, la campagne permet de mettre en avant certains messages, certains aspects du discours dont les médias n’ont pas forcément fait échos. Mais Internet...

Lire la suite