Posté par le 25 Mar 2013 dans Culture, Mode, Slider | 0 commentaires

Imprimé phare depuis quelques saisons…

De grandes marques comme Burberry et Vlisco (référence Hollandaise du Wax de luxe) s’entiche ce fameux tissu

Quelle est la téchnique ?

La fabrication du wax reprend la technique du batik traditionnel, mais de façon mécanique. Une réserve de cire est appliquée au moyen de deux rouleaux de cuivre sur lesquels sont gravés les motifs de base, puis l’étoffe est trempée dans une teinture à l’indigo. On utilise des planches pour imprimer directement les couleurs secondaires. Cette technique d’impression permet à l’étoffe de baigner dans la teinture, le wax est aussi éclatant au recto qu’au verso, sans envers, ne déteint pas et ses couleurs ont une tenue exceptionnelle.

Pourquoi les marques le commercialisent ?

Avec la montée en puissance des motifs ethniques, son heure allait forcément sonner. Le wax africain arrive enfin chez les marques de luxe, décalé comme il se doit. En trench ceinturé, il fait un malheur sur les silhouettes bien balancées du géant anglais Burberry

Pas si nouveau que sa… Le WAX

La marque PF van Vlissingen & Co (Vlisco), a été fondée en 1846 à Helmond au sud de la Hollande, par Pieter Fentener van Vlissingen. Vlisco est un fabricant de wax hollandais qui se distingue de ses concurrents puisqu’il cible le luxe. Toujours à la pointe de la mode Vlisco reste le « maître du tissu africain » en dominant le marché du wax de haute qualité.
En industrialisant la production de batik et de wax, Vlisco introduit pour la première fois la commercialisation du tissu wax dans les années 1900 et consacre à partir de 1954, une attention toute particulière au marché africain.

Sources :
modethic.kmoa.overblog.com/article-carreaux-wax-by-burberry
Lafolieduwax.blogspot.com/burberry-prorsum-adopte-le-wax.com
Nothingbutthewax.blogspot.com
Leparisien.fr/wax-chez-burberry.com
Vlisco.com

Marième G.