Posté par le 7 Mai 2013 dans Non classé | 1 commentaire

Ce cours métrage ne porte pas de titre, cependant ce documentaire-fiction ultra réaliste traite d’un sujet : The Centrifuge Brain Project. Il s’agit là de manèges futuristes que l’on pourrait trouver dans les fêtes foraines.

Les premières images nous apparaissent très réalistes : un scientifique nous présente à l’aide de plans, de graphiques, de photos, d’archives, et d’images amateurs ses expériences de manèges à sensations . Les expériences sont créées dans le but d’améliorer les capacités cérébrales des enfants, puis des adultes afin de régler leurs problèmes. Les manèges ainsi que la puissance de la gravité agiraient ainsi sur l’intelligence et le bien-être des Hommes.

centrifugebrainprojectCe cours métrage ne porte pas de titre, cependant ce documentaire-fiction ultra réaliste traite d’un sujet : The Centrifuge Brain Project.  Il s’agit là de manèges futuristes que l’on pourrait trouver dans les fêtes foraines.

Les premières images nous apparaissent très réalistes : un scientifique nous présente à l’aide de plans, de graphiques, de photos, d’archives, et d’images amateurs ses expériences de manèges à sensations . Les expériences sont créées dans le but d’améliorer les capacités cérébrales des enfants, puis des adultes afin de régler leurs problèmes. Les manèges ainsi que la puissance de la gravité agiraient ainsi sur l’intelligence et le bien-être des Hommes.

Le documentaire parait très réaliste et crédible grâce au statut du personnage principal (un scientifique, en blouse blanche), le lieu (les bureaux du l’Instituts for Research Centrifuge), et le décor (ordinateurs). Seulement, à partir de la présentation du 3e manège, on doute de la véracité du documentaire, et lorsqu’on nous présente le 4e manège, un grande roue aux dimensions surréalistes durant 14h, là on ne doute plus, on comprend la manipulation, l’illusion (le mélange entre prise de vues réelles et images numériques est la spécialité du réalisateur Till Nowak), et le caractère comique. Les manèges sont matériellement irréalisables, et les discours du Docteur deviennent incohérents et décalés. Toutefois, le réalisateur de ce court-métrage a souhaité pousser jusqu’au bout l’illusion de réalité en mettant en ligne le site internet de l’IRC, ainsi qu’une page Facebook.

A la fin du documentaire, le Docteur semble donner une portée philosophique au film, à savoir que l’homme en veut toujours plus, toujours plus de sensations, et d’amusement afin d’échapper à son quotidien et ses problèmes. Par les manèges, l’homme quitte le sol, la réalité, les problèmes, l’espace d’un instant.

Le but de ce court-métrage est sans doute de tourner en dérision les documentaires télévisés. Cela nous renvoie à notre faculté à croire facilement quelque chose si les éléments présentés nous paraissent crédibles et font référence à des codes connus de tous, par exemple le scientifique, les images d’archives, le fait de voir le Docteur interviewé dans une fête foraine avec un casque de chantier, etc. Les images ici donnent l’illusion de réalité, car ce qui est assimilé à l’œil est souvent acquis comme vérité.

Marine QUERNIARD
Jeanne RIQUIER-MORCANT
Jessica POULIN
Alicia ROBERT
Vincent PELLETIER
Anne-Sophie PINHEIRA